Le leader de la France Insoumise a fait étape à Villers-le-Lac devant des bassins du Doubs presque vidés de leur eau.

Le (bientôt ?) candidat à l'élection présidentielle de 2022 était en campagne dans le Haut-Doubs pour y parler de la problématique de l'eau. La visite a tourné au règlement de comptes anti-Macron.

Jean-Luc Mélenchon dans le Haut-Doubs : "M. Macron ne sera pas le chef des imams de ce pays !"
Jean-Luc Mélenchon a lancé une nouvelle charge contre Emmanuel Macron qu'il accuse de méconnaître la laïcité.

Même si la pluie a fait sa réapparition ces derniers jours, elle n'a pas encore suffi à remplir le Doubs dont le lit est encore à sec à plusieurs endroits, notamment à l'aval de Pontarlier du côté de Montbenoît, également au niveau des bassins du Doubs à Villers-le-Lac, deux endroits où Jean-Luc Mélenchon faisait étape ce vendredi 2 octobre.

"Pourquoi faire tout ce tam-tam autour de cette question du séparatisme islamiste ?"

Si le leader de la France Insoumise a évoqué cette problématique de l'eau qu'il qualifie de "question transversale qui demain devra conditionner toutes les autres", plaidant notamment pour une "municipalisation des réseaux d'eau", la rhétorique anti-Macron de l'Insoumis a vite repris le dessus. M. Mélenchon a commencé par accuser le chef de l'Etat d'avoir préféré "sécher" le sommet européen programmé ce jour pour privilégier une intervention sur le séparatisme, islamiste notamment. "Je désapprouve totalement ce choix de confier à Mme Merkel le soin de représenter la France à ce sommet. Il y a une limite à la dilution de la France ! On ne peut pas transférer la souveraineté d ela France à l'Allemagne !" a-t-il commencé à s'emporter avant d'embrayer sur cette question du séparatisme. "Pourquoi faire tout ce tam-tam autour de cette question ? C'est une offense au peuple. Les extrémistes doivent être combattus avec la loi telle qu'elle existe. Il n'y a pas besoin de ces mesures et de toucher à la loi de 1905. Tout cela, c'est de l'hyprocrisie, de la gesticulation. Le président parle encore une fois pour ne rien dire !" rage M. Mélenchon au sujet du discours du président de la République de ce matin aux Mureaux.

Jean-Luc Mélenchon dans le Haut-Doubs : "M. Macron ne sera pas le chef des imams de ce pays !"
Le Doubs a quasiment disparu des bassins à Villers-le-Lac, laissant place à un "lac" de végétation.

La charge anti-Macron s'est poursuivi sur le thème des rapports entre République et islam : "L'islam n'est soumis à personne argumente le député insoumis. Quelle idée de vouloir introduire dans l'islam la philosophie des Lumières ! L'Etat n'a pas à s'en mêler. La formation des imams dépend du culte musulman, ce n'est pas à la République de les former. Les musulmans eux-mêmes n'accepteraient pas que l'Etat veuille transformer leur religion. M. Macron ne sera pas le chef des imams de ce pays !"
Alors quelle solution pour lutter contre les dérives extrémistes et l'islamisme radical ? Pour M. Mélenchon, les actuelles lois de la République suffisent. "La République a des lois, elle n'est pas fragile. Elle a subi en deux siècles plusieurs tentatives de déstabilisation, mais elle est solide. Je conseille donc à M. Macron de ne pas en rajouter. La République a les moyens de se défendre, ce genre de discours est une théâtralisation qui ne mène nulle part !" poursuit toujours aussi virulent le presque candidat à la présidentielle de 2022 qui accuse au passage le président de la République de méconnaître la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905, "à laquelle il ne faut surtout pas toucher."

Jean-Luc Mélenchon dans le Haut-Doubs : "M. Macron ne sera pas le chef des imams de ce pays !"
Jean-Luc Mélenchon en campagne pour 2022 ? "Je suis toujours en campagne" répond-il.
"Il faut fermer toutes les écoles hors contrat de ce pays."

Après avoir tiré à boulets rouges sur le discours du président, sans toutefois apporter d'alternative sérieuse aux dérives actuelles, le leader de la France Insoumise a tout de même fait la proposition de "fermer toutes les écoles hors contrat de ce pays, tout comme il faut interdire l'idée de l'école à la maison."
Pour le reste, Jean-Luc Mélenchon confirme qu'il est "en campagne permanente", précisant au passage qu'il clarifiera ses intentions "avant la fin du mois d'octobre." En attendant, il est allé affiner sa connaissance du terrain en partant faire une balade jusqu'au Saut du Doubs avec ses partisans Insoumis du Doubs. "Le Doubs sans eau, ce n'est quand même pas normal..." souffle-t-il avant de repartir.