Annick Jacquemet est la surprise du scrutin. La gauche fait chou blanc.

Jean-François Longeot et Jacques Grosperrin sont réélus. Barbara Romagnan et Nicolas Bodin sont victimes de leurs divisions.

La Saint-Vitoise Annick Jacquemet, deuxième sur la liste menée par Jean-François Longeot, est élu sénatrice.

La gauche à la trappe ! Incapable de s’entendre sur un unique nom, elle est victime de ses divisions, si bien que ni Barbara Romagnan (282 voix), ni Nicolas Bodin (249 voix) ne siégeront donc au Palais du Luxembourg. Ces divisions profitent à la liste menée par Jean-François Longeot qui fait carton plein avec 579 suffrages recueillis, permettant donc à sa deuxième de liste, Annick Jacquemet, de décrocher elle aussi un siège de sénatrice. La première vice-présidente du Conseil départemental du Doubs et première adjointe au maire de Saint-Vit arrive donc à ses fins après une première tentative en 2014. Elle devra démissionner du Conseil départemental.
Le troisième sénateur élu est le L.R. Jacques Grosperrin qui récolte 452 voix et rempile pour un second mandat à la chambre haute. La gauche n’a donc pas réussi à remporter son pari de conserver le siège de sénateur laissé vacant par le socialiste Martial Bourquin. La droite fait d’ailleurs le grand chelem sur les trois départements francs-comtois qui renouvelaient leurs sénateurs.

Les deux autres sénateurs sont réélus, Jean-François Longeot et Jacques Grosperrin (ici pendant le dépouillement).