En attendant les orientations budgétaires...

Au cours du conseil municipal, Ludovic Fagaut (opposition) critique dans ses propos liminaires "l'agressivité" d'Anne Vignot contre Dijon dans les colonnes du Bien Public, le port d'une écharpe tricolore par un adjoint dans une manifestation... La maire répond.

Hasni Alem (adjoint du quartier de Palente, Orchamps, Clairs-Soleil) attaqué par Ludovic Fagaut.

17h, début d'un conseil municipal chargé avec le vote des orientations budgétaires. L'assemblée débute sur les chapeaux de roue avec l'intervention de Ludovic Fagaut (opposition). Il critique la sortie médiatique de la maire de Besançon la semaine dernière. "Pourquoi tant d'agressivité envers Dijon ? Les Dijonnais ne comprennent pas" dit-il en faisant allusion à l'interview dans un quotidien régional de Côte-d'Or où Anne Vignot dénonce le système "caduc" de François Rebsamen. La maire, calme, répond : "Je propose une alliance de territoire avec Dijon, pas de guerre" souligne-t-elle. À voir dans les actes. Ludovic Fagaut s'interroge sur le fait qu'aucune commission ne soit à l'ordre du jour d'ici le 14 septembre. "Ce sont trois mois perdus" analyse-t-il. La charge politique est venue contre un nouvel adjoint (Hasni Alem, adjoint en charge du quartier de Palente, Orchamps, Clairs-Soleils) qui a porté son écharpe tricolore dans une manifestation contre l'austérité dans les hôpitaux publics. "Etait-ce une contre-manif ? Vous représentait-il ?" interroge l'opposant. Hasni Alem a lui-même répondu : "Vos "amis" comme Jean-François Copé portent bien leur écharpe dans les manifestation de la Manif pour Tous... Là, ça ne vous pose pas de problème."

"Besançon ne doit pas être le territoire d'une idéologie" dit Laurent Croizier.

Laurent Croizier pour la minorité s'insurge des propos d'un colisitier de l'équipe majoritaire contre Emmanuel Macron. "Votre équipe est dans l'invective, la haine. Madame le maire, je vous demande de vous reprendre... Besançon ne doit pas être le territoire d'une expérimentation, d'une idéologie" lâche-t-il.  
Il faut attendre 17h50 pour arriver au point 6 relatif à la "majoration des indemnités des élus". Anne Vignot baisse de 1 000 euros son indemnité de maire (5 639,63 euros bruts soit 4 578 nets) et s'asseoit sur ses frais de représentation (300 euros). Les adjoints émargent à 1 885 euros. La maire augmente en contre-partie de 40 euros par mois les indemnités des conseillers municipaux délégués qui percevront 675 euros "pour favoriser leur activité compensée par la baisse de l'indemnité de la maire." Si elle est élue à GBM, Anne Vignot fera de même. Les salaires du cabinet seront moins élevés avec un plafond de salaire abaissé de 35%.