L'activité marque le pas dans les commerces de première nécessité, ce qui n'arrange pas les affaires de la boulangerie Verdant en plein projet d'extension aux Gravilliers.

Pas le choix de rester ouvert et pas le choix de se mettre en configuration confinement. Tout a été fait dans les règles au 8, rue de la Gare à Pontarlier, et même plus. "On était déjà équipé d'une porte automatique et d'un monnayeur. On a ajouté le marquage au sol pour la distanciation, la paroi plexi à la caisse à travers laquelle on peut effectuer les paiements sans contact", énumère Delphine Verdant, l'épouse du boulanger. A cela s'ajoutent les masques fabriqués par une amie couturière, le gel hydroalcoolique et les gants pas toujours pratiques à utiliser quand il s'agit de mettre les mains dans le pétrin.
Après un lundi de folie juste avant l'annonce du confinement, la fréquentation s'est réduite à peau de chagrin. "A Pontarlier, on a baissé de 60%. On voit passer habituellement 300 clients par jour et aujourd'hui à peine une centaine. Dans la seconde boulangerie Verdant à Avanne vers Besançon, c'est - 70%. Et je ne parle même pas du laboratoire chocolat et macarons à Bonnevaux qui est carrément à l'arrêt", résume Marc Verdant qui n'avait guère d'autre choix que de réduire ses effectifs. Non sans mal. "Entre ce qu'annonce le gouvernement et la réalité, c'est plus compliqué de mettre des salariés au chômage partiel. Ils chipotent sur le moindre truc."
A Pontarlier, l'équipe a été réduite de moitié avec deux boulangers et un vendeur, sans oublier les patrons. L'amplitude horaire est aussi revue à la baisse. La boulangerie de la rue de la Gare ouvre désormais du lundi au samedi de 7h à 13h. La vente de pains et viennoiseries reste stable contrairement à la pâtisserie et au rayon macarons qui fait la réputation de la maison Verdant.
L'épidémie tombe aussi au plus mauvais moment pour l'entreprise qui investit dans un nouveau projet en cours de réalisation sur la zone des Gravilliers avec la construction d'un bâtiment de 1 000 m2 abritant laboratoire, boulangerie et un vaste salon de thé. "Le chantier est à l'arrêt", poursuit Marc Verdant qui prévoyait une ouverture au public de ce nouvel espace fin juin ou début juillet. Ce qui semble bien compromis...