Insuffisant pourtant pour combler les pertes en aval

L'opération menée par l'EPAGE du Haut-Doubs maintient un filet d'eau jusqu'à Pontarlier. Propriété de l'Etat, le barrage du lac fait l'objet d'une étude en vue de sa réhabilitation.

Le barrage du lac Saint-Point à Oye-et-Pallet.

La pénurié d'eau guette - encore une fois - le Haut-Doubs alors qu'il a plu sans discontinuer de décembre à début mars. La suite, vous la connaissez, la rivière a disparu dans le défilé d'Entreroches mais les nappes phréatiques tiennent toujours :

Le Haut-Doubs a déjà soif
En deux mois, la situation de l’eau s’est fortement dégradée dans le Haut-Doubs. La vigilance est de mise.

Le "salut" en eau de l'aval peut-il ou doit-il venir du lac Saint-Point, troisième plus grand lac naturel de France ? Le préfet du Doubs avait estimé en 2018 que non : pour protéger en alimentation en eau potable les habitants du secteur du lac, il avait ordonné en octobre 2018 la baisse des vannes, condamnant l'aval.
L'EPAGE du Haut-Doubs qui gère pour l'Etat le barrage du lac a cette fois fait l'inverse en ouvrant la semaine dernière les vannes de 10 cm pour laisser s'échapper des mètres cubes. "C'est une opération visant à soutenir un débit d'étiage du Doubs" indique l'EPAGE.
Elle est évidemment insuffisante pour éviter les pertes du Doubs en aval d'Arçon mais assure de l'eau aux poissons au moins jusque-là.

Perte de 400 litres par seconde

Revient donc sur la table l'éternel débat sur le niveau du lac : faut-il le relever en hiver pour ensuite laisser s'échapper plus d'eau ? Rappelons que le barrage est vieillissant. Le lac perd chaque seconde 400 litres d'eau pour un volume total de 86 millions de m3.
Une étude sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat est en cours pour la réhabilitation de l'ouvrage.

Le lac Saint-Point, ici photographié en février.

Le 28 janvier 2016, à l’unanimité, la Commission locale de l’eau (CLE) avait validé l’étude-projet de réfection du barrage, lequel, on le rappelle répond à plusieurs besoins. Il permet de respecter un niveau théorique variable en fonction des saisons, assure le prélèvement d’eau potable, les loisirs, la prévention des inondations et les besoins du milieu naturel comme le développement de la faune et de la flore du lac mais aussi le soutien du débit du Doubs en aval.

Une opération pour détecter les failles avait été menée à Remonot après la sécheresse de 2018.

Saint-Point distribue de l'eau potable à 50 000 clients... mais passé une certaine profondeur, l’eau ne peut pas être renvoyée car elle manque d’oxygène. Un - triste - constat qu'avait fait un ingénieur hydrobiologiste de la Fédération de pêche du Doubs.
La communauté de communes Lacs et Montagnes du Haut-Doubs développe un important investissement financier pour la mise aux normes de l'assainissement.