Le leader de l'équipement s'adapte

Abéo, basé à Rioz, emploie 1 700 collaborateurs dans 12 pays. Le groupe qui fournit murs d'escalade, panneaux de basket et plateaux de gymnastique pour les Jeux Olympiques de Tokyo, reportés à 2021, rouvre son usine de Rioz lundi 20 avril après un mois de fermeture. Le point avec son Président-directeur général, le Bisontin Olivier Estèves.

Olivier Estèves, PDG d'Abéo, ici au moment de l'introduction en bourse de la société en 2016. (photo Abéo)

La Presse du Doubs : Comment votre société s'adapte au confinement sachant que plusieurs de vos usines sont installées dans le monde entier ?
Olivier Estèves : Nous avons des situations très contrastées selon les pays où nous nous trouvons. Nous employons 450 salariés en France et nous sommes présents dans 12 pays dans le monde. À Rioz (Haute-Saône - siège du groupe), nos 120 salariés de l'unité de production reprennent lundi 20 avril après un mois d'interruption. Ce qui a suscité l'arrêt de nos productions, c'est l'absence de clientèle en France. Nous ne pouvions pas équiper des salles de sport ou des écoles car personne ne pouvait réceptionner.

L'usine de Rioz. (photo archive)

La gestion est-elle différente ailleurs dans le monde ?
OE :  En Allemagne, nos unités tournent normalement et les clients sont satisfaits de recevoir du matériel. C'est aussi vrai pour la Hollande et la Belgique. En revanche, nous sommes quasiment à l'arrêt au Royaume-Uni et au Canada. Notre unité de production aux États-Unis (Atlanta - Géorgie) fonctionne. Nous respectons partout les conditions sanitaires et nous avons pour nos usines des masques de protection.

"Le report des JO est une bonne chose", Olivier Estèves, PDG

Quid de vos deux usines en Chine ?
OE : Elles ont rouvert en mode dégradé et s'adaptent au marché.

Peu d'impact de la bourse malgré la cotation

Votre société a décidé en octobre 2016 de se tourner vers la bourse pour augmenter son capital. Est-ce un coup dur ?
OE : L'évolution de notre cours de bourse (9,6 euros l'action le 17 avril) n'est pas un critère de management. Elle vit sa vie et n'impacte pas le fonctionnement de l'entreprise. La pandémie impacte notre groupe mais nous sommes raisonnablement sereins car le marché du sport rebondira. La seule interrogation : à quel niveau rebondira-t-il ?

"À quel niveau rebondira le marché du sport ?"

Les Jeux olympiques de Tokyo sont reportés à 2021. Abéo fournit les murs d'escalade, plateaux de gym et panneaux de basket. Ce report est-il un coup dur ?
OE : Ce report était nécessaire car les sportifs sont en retard dans leur préparation et ce n'est pas un coup dur pour nous. Nous sommes les fournisseurs uniques des JO et nous avons déjà fourni le matériel pour des épreuves test. Le matériel est déjà sur place. Il n'y a donc pas d'impact négatif mais plutôt un point positif car nos marques pourront communiquer une année de plus !  Sur le plan de l'organisation de l'entreprise, je préfère ce choix car des JO en août 2020 ne nous auraient pas permis d'avoir la totalité de nos équipes concentrées sur nos activités courantes, en pleine relance. Là, ce sera le cas.

Propos recueillis par ECh