Elle aurait dû ouvrir le 17 mars.

Ce bar à vins situé place de la Révolution ouvre ce vendredi 5 juin après plus de deux mois d'attente !

Besançon. La Buvette du Conservatoire ouvre ses portes
Chérine Couësmes et son père devant une petite partie des 250 bouteilles de vins sélectionnés.

"Après six mois de travaux, raconte Chérine Couësmes la gérante, nous étions prêts à accueillir les clients le 17 mars quand nous avons appris les mesures de confinement et la fermeture obligatoire des bars et des restaurants. Avec mon mari américain, Jordan Elsberry, rencontré au Centre de Linguistique Appliquée (CLA), nous avons eu envie de renouveler notre expérience positive du Nebraska en rentrant en France, à savoir un lieu sympathique, cool et cosy,  appelé "La Buvette" pour déguster entre amis des vins sélectionnés accompagnés de toutes sortes de tapas divers et variés. Compte tenu de l'importance et de la durée des travaux, nous avions mis toutes nos forces avec les entreprises locales pour pouvoir ouvrir dès les premiers beaux jours. Les mesures sanitaires prises par le gouvernement ont donc été un grand choc comme pour beaucoup."
La stupeur passée, le couple a été obligé de patienter et ouvre donc au public ce vendredi 5 juin à partir de 18 heures.

Telle père, telle fille.

La famille Couesmes n'en est pas à son coup d'essai : les parents de Chérine ne sont autres que Serge et Dina, les anciens propriétaires d'Hyperboissons (une enseigne bien connue des Bisontins) qui ont investi avec leur fille et son mari dans ce bel espace de 150 m2 mis en vente par la SMCI et en ont confié l'aménagement au cabinet Archi-Tech.

Besançon. La Buvette du Conservatoire ouvre ses portes
Les travaux d'aménaghement conduits par le cabinet Archi-Tech ont duré six mois.

L'entrée dans ce nouveau lieu de détente est assez impressionnante. L'espace sous les voûtes néo-gothiques est grandiose et le comptoir de 7 mètres de long occupe le devant de la scène. Il est à la mesure des 250 références de bouteilles de vins proposées à emporter ou à consommer sur place. Le prix au verre commence à 3 euros pour un Sang Mêlé, jusqu'à  25 euros pour un Pommard Arvelet (avec la possibilité de diviser par 2 pour un demi-verre de 6 cl).
La distanciation sociale devrait pouvoir être respectée facilement surtout avec la grande terrasse qui va être installée devant l'établissement. Pour la décoration intérieure, Chérine tenait à "marquer son goût pour les arts et son appartenance à la région" en accrochant au mur du fond un immense portrait de Gustave Courbet peint par Yan Pei-Ming. Et pour les vieux bisontins, c'est un petit clin d'œil à l'histoire de la ville puisque ce lieu a été occupé jadis par l'école des Beaux-Arts avec bien sûr le conservatoire transposé depuis 2013 à la Cité des Arts.  De plus, on est dans le périmètre du Musée des Beaux Arts et d'Archéologie (MBAA) qui driaîne de nombreux visiteurs.


Au bar, Jordan, né aux États-Unis, le pays des cocktails, en fera voir de toutes les couleurs et de toutes les saveurs avec des mélanges inédits dont il a le secret. Ce bartender maîtrise parfaitement l'art de la mixologie et proposera même un cocktail en fût servi à la pression à base d'un Lillet Blanc.
Au piano, le chef Benjamin Viennet qui concoctera le midi un plat du jour et servira ses recettes originales qui l'ont fait connaitre chez "Geschmack" et qui surprennent les papilles même celles des plus avertis. "Avec le marché à côté, gageons que les produits seront de qualité."
Après le confinement, trinquer en présentiel, c'est quand même mieux qu'en virtuel !

Besançon. La Buvette du Conservatoire ouvre ses portes
Chérine devant le tableau de Gustave Courbet qui orne le mur de la Buvette du Conservatoire.