Alors que la Fédération des Travaux Publics est un des deux principaux co-organisateurs de ce salon qui doit avoir lieu le 8 octobre.

Le président de la FRTP Vincent Martin a annoncé cette décision ce midi devant des partenaires qui n'étaient pas au courant... Pour Micropolis co-organisateur de l'événement, c'est un nouveau coup dur.

L'annonce a été faite ce midi à Micropolis lors d'une conférence de presse à l'ambiance... "glaciale".

À l'annonce de Vincent Martin, le président de la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté qui organisait ce midi une réunion de présentation du prochain Carrefour des collectivités locales (8 et 9 octobre à Besançon-Micropolis), le malaise de l'assistance était palpable. Et le climat pesant. La FRTP, pilier de ce salon qui réunit depuis près de dix ans les collectivités locales et le monde économique, a donc annoncé son retrait de l'organisation du Carrefour, à trois semaines de l'événement et alors que le programme était bouclé. La présidente de Micropolis, deuxième co-organisateur et hôte du salon, ne l'a appris qu'hier soir et Patrick Genre, président de l'association des maires du Doubs, autre partenaire majeur de ce rendez-vous, à peine 10 minutes avant le début de la réunion !

"Dans ce contexte sanitaire, c'est l'image de notre profession qui est en jeu" justifie Vincent Martin.

Vincent Martin justifie cette décision surprise : "À conditions exceptionnelles, décision exceptionnelle : la fédération du BTP ne participera pas au Carrefour. Dans ce contexte sanitaire, c'est l'image de notre profession qui est en jeu et vis-à-vis de l'ensemble de nos salariés à qui nous rappelons tous les jours les consignes sanitaires, il ne nous paraissait pas acceptable de maintenir notre participation."

Pour Vincent Martin, cette décision "difficile à prendre" se justifie par rapport au contexte sanitaire.


Prise de court, la présidente de Micropolis Christine Bouquin se donne quelques jours pour prendre la décision de maintenir, ou non, ce rendez-vous annuel pourtant prévu avec une configuration nouvelle spécifiquement adaptée aux conditions sanitaires (moins d'exposants, reconfiguration des espaces...).
Une réunion programmée lundi matin à 8 heures entre le préfet, la présidente du Département du Doubs, et les représentants des élus locaux dont Patrick Genre doit éclairer sa décision. "Micropolis devrait annoncer mardi ou mercredi si le Carrefour est maintenu" indique Christine Bouquin.

Christine Bouquin, présidente de Micropolis, se donne "jusqu'à mardi ou mercredi" pour prendre une décision sur le maintien ou non du salon.

Passé la surprise, Patrick Genre estime que malgré le retrait de la FRTP, "l'intérêt d'un tel salon est toujours là, d'autant que nous sommes au début d'un mandat pour lequel il y a eu plus de 42% de renouvellement à la tête des communes du Doubs. Ce Carrefour reste une opportunité unique pour ces élus de mieux s'imprégner de leur mandat et de participer pleinement en lien avec le monde économique à la relance" estime le maire de Pontarlier président de l'AMD 25.

Patrick Genre, président des maires du Doubs, a eu du mal à dissimuler sa surprise. "Ce salon a un réel intérêt d'autant plus cette année" dit-il.

Pour Micropolis, hôte du salon, c'est une mauvaise nouvelle de plus. Si ce Carrefour venait à être annulé, c'est 220 000 euros de recettes en moins pour les partenaires. Depuis le début de l'année, le Palais des expositions a déjà perdu près de 6 millions d'euros sur les 7 millions de chiffre d'affaires qu'il réalise tous les ans grâce à l'organisation de foires et salons. "Pour nous, c'est une question de survie" note Didier Sikkink son directeur.