Il axe sa campagne sur l'économie

Troisième du premier tour des municipales derrière Anne Vignot et Ludovic Fagaut, Eric Alauzet (Besançon 2020) remet l'économie comme première priorité de son programme. Il annonce un plan de 120 millions d'euros.

Besançon. Municipales : Eric Alauzet parle d'une "nouvelle élection"
Eric Alauzet et une de ses co-lisitères, Karima Rochdi.

Devant l'entrée du Palais Granvelle, à Besançon, le bruit de l'eau dégoulinant de la fontaine installée sous les platanes invite à l'apaisement. Cinq jours après la tentative d'incendie de son véhicule (1) revendiqué par un groupe d'anarchistes, Eric Alauzet entouré de ses co-listiers Karmia Rochdi, Catherine Thiébaut, Laurent Croizier et du directeur de campagne Frank Monneur, se dit offensif et combatif. "Cet incendie, c'est une attaque parmi tant d'autres, je suis l'homme à abattre " dit-il.
S'il a tenu une conférence de presse ce mercredi 3 juin, ce n'est pas pour parler de ce fait divers mais de sa campagne, qu'il annonce "nouvelle." Il a officialisé le dépôt de sa liste et ne fera donc pas alliance avec Ludovic Fagaut (Besançon Maintenant), sujet sur lequel il a refusé de répondre. "Les Bisontin(e)s auront trois offres pour cette élection : celle d'Anne Vignot très à gauche, celle de Ludovic Fagaut très à droite, et la mienne, centrale" dit-il devant un parterre de journalistes. "Je veux protéger les Bisontin(e)s de la crise économique qui nous guette par un plan d'investissement de 120 millions d'euros en mobilisant tous les leviers, du public comme du privé. Il y aura un plan d'urgence, un plan sectoriel avec une aide au BTP, au commerce,  à l'industrie, à l'événementiel, et enfin un plan de relance avec une transformation des impôts de production. Il faut aller vers un nouveau Besançon. Mon projet est le plus abouti ! Je ne veux pas d'un revenu universel (il pense à la proposition d'Anne Vignot) : la crise n'est pas un projet" pointe l'élu.

"C'est comme un premier tour."

Pense-t-il pouvoir rattraper son retard lors de ce second tour prévu le 28 juin ? "C'est une nouvelle élection, un premier tour" répond le candidat qui est aussi député LREM. Il a également détaillé un plan pour la santé avec la création d'un service médical performant, prévu l'installation de spécialistes qui font défaut tels les ophtalmologues, neurochirurgiens, en médecine de ville. Il veut mobiliser la prévention et promouvoir l'excellence médicale à Besançon.
Le prochain axe de sa "nouvelle" campagne sera la question des embouteillages. Il promet des annonces pour faciliter la vie des Bisontins... Un axe également développé par ses adversaires.

(1) le véhicule visé était celui d'Eric Alauzet mais c'est un autre qui a été incendié dans sa cour personnelle.