Un nouveau centre commercial créé par un "enfant" du pays.

Coiffeur à Besançon et entrepreneur dans l’âme, Gérald Morin a ouvert un deuxième salon sur le plateau de Saône dont il est originaire, doublé d’un commerce d’habillement.

Commerce. Le Figaro de Saône a ouvert ses portes
Gérald Morin le Figaro de Bersot est aussi désormais le Figaro de Saône.

On revient toujours aux sources… Originaire de Nancray où sa maman était… coiffeuse, Gérald Morin vient d’ouvrir son deuxième salon au cœur du centre-bourg de Saône, à l’endroit même où gamin il venait acheter pétards et farces et attrapes dans un magasin connu sur tout le plateau : le Bazar Franc-Comtois tenu pendant des décennies par la famille Voilhes et fermé depuis une quinzaine d’années.
Le trentenaire a eu l’opportunité de racheter ce lieu “mythique” des Saônois, situé au 12, rue de l’Étoile et de le transformer intégralement pour y aménager ce nouveau salon de coiffure, un commerce de vêtements, une autre cellule commerciale bientôt occupée, et deux appartements à l’étage. Après plusieurs mois de travaux, le site est méconnaissable. “Je suis parti de l’idée qu’il était nécessaire d’amener de la qualité en campagne et qu’il n’y avait aucune raison pour que les belles enseignes ne soient qu’en ville. C’est un peu la philosophie de ce projet plutôt orienté moyen-haut de gamme. Les clients ont aujourd’hui le choix entre le centre-ville de Besançon et les zones commerciales. Je voulais leur proposer une autre alternative” résume Gérald Morin, conscient également que le plateau de Saône abrite un pouvoir d’achat relativement élevé et que le potentiel est bien là.
Ce nouveau centre commercial est situé à deux pas de l’église de Saône, au carrefour qui mène au golf de La Chevillotte avec lequel l’entrepreneur a d’ailleurs convenu d’un partenariat. Le centre commercial qui s’étend sur 500 m2 dispose d’une trentaine de places de parking pour la clientèle.

Commerce. Le Figaro de Saône a ouvert ses portes
Les anciens saônois s’en souviennent, voilà le site avant les travaux.

Pour tenir les rênes de ce salon, Gérald Morin s’est entouré de professionnels reconnus de la coiffure. “Depuis que je suis installé à mon compte à Besançon, je cherche à dénicher des pépites. Pour le salon de Saône, c’est une coiffeuse originaire de Perpignan, Laurence, qui sera responsable, épaulée de Florine et de Mounir. Pour les hommes, on propose un accès privilégié le lundi soir entre 17 heures et 21 h 30 pour la coupe et la barbe ajoute le responsable. Côté tarifs, ils sont sensiblement les mêmes que ceux pratiqués dans son premier salon créé il y a cinq ans rue Bersot à Besançon. Le Figaro de Saône ouvre ses portes du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures. Quatre emplois sont créés à cette occasion.