Dans le village des Combes, elle lance sa marque de miel et de gelée royale

Ingénieure agronome, Anne-Émilie Sordel a passé une dizaine d’années dans l’industrie pharmaceutique en Suisse avant de concrétiser son projet de productrice de miel, bientôt doublé de la création d’un gîte haut de gamme orienté vers l’agritourisme.

Anne-Émilie Sordel, nouvelle apicultrice professionnelle et bientôt prestataire du tourisme.

Les racines ressurgissent toujours. Quand elle se remémore son enfance passée à faire les foins dans la ferme de ses grands-parents jurassiens, ou qu’elle repense à son autre grand-père passionné de jardinage, elle se dit que le virage professionnel qu’elle est en train de prendre ne surprendra pas ceux qui la connaissent. Anne-Émilie Sordel a choisi de quitter le confort d’une activité professionnelle bien établie en Suisse pour s’installer en tant qu’agricultrice, spécialisée dans la production de miel et de gelée royale. “La miellerie des Combes” est officiellement ouverte depuis le début du printemps. On peut désormais venir directement se procurer du précieux nectar doré à la boutique de l’exploitation, située route du Luisans aux Combes.
Née vers Champagnole, Anne-Émilie Sordel a suivi des études d’agronomie dans une école d’ingénieurs de Montpellier. En poche, elle avait déjà un DUT en industrie agro-alimentaire. Son premier stage - comme quoi rien n’est dû au hasard… - elle le fera dans le Vercors auprès d’un apiculteur. D’autres stages suivront (dans une usine de conditionnement de jambon, puis à la brasserie Kronenbourg…) avant d’être opérationnelle pour le monde du travail. “C’était en 2005, une période un peu compliquée pour l’emploi des jeunes diplômés. Après une première expérience dans une boulangerie industrielle du côté de Béziers, j’ai postulé pour un CDI dans une industrie pharmaceutique à Neuchâtel, et j’ai été prise. J’ai travaillé au service qualité pour la production de médicaments contre l’hémophilie, puis en tant que responsable fiabilité. La Suisse est plus encline à donner sa chance aux jeunes diplômés” remarque la jeune femme aujourd’hui mariée et mère de deux petites filles. Parallèlement, son mari ingénieur en physique trouve un poste à La Chaux-de-Fonds. Le couple décide alors de s’installer aux Combes où ils rachètent et retapent une ancienne ferme.

“Tu feras dix ans en Suisse et tu reviendras à la terre.” C’est désormais chose faite”

C’est là que son projet de reconversion mûrit. Après dix années passées à faire les allers et retours Les Combes-Neuchâtel, elle se décide à “faire le grand saut” dit-elle. “Dans ma tête, je m’étais dit : “tu feras dix ans en Suisse et tu reviendras à la terre.” C’est désormais chose faite” sourit la jeune entrepreneuse. Une de ses amies installée depuis 5 ans dans le Sud de la France en tant qu’apicultrice lui apporte le déclic final. “C’était un projet idéal pour moi. Quand on est apiculteur, on n’a pas besoin de posséder des hectares de terre.”
Après un an de formation à la Chambre d’agriculture du Doubs, elle complète sa formation par un stage auprès d’un producteur de gelée royale de Dole et un cursus à Vesoul sur l’élevage des reines, et là voici armée pour créer son entreprise. Anne-Émilie Sordel finit par lâcher son travail en Suisse à l’automne dernier et devient officiellement agricultrice, spécialité apiculture, au printemps dernier. Elle gérera bientôt quelque 160 ruches.
Au début de l’été, elle a lancé sa première production issue de son laboratoire de “La miellerie des Combes”. Un miel de printemps labellisé miel de montagne bio, délicat mélange d’aubépine et de toutes fleurs. Début août, elle mettait en pot son miel d’été aux saveurs de sapin et de forêt, “avec une belle floraison de ronces” précise la spécialiste. Anne-Émilie Sordel est également une des seules productrices de gelée royale de tout le Haut-Doubs. L’activité qui “demande beaucoup de temps et une vraie rigueur en termes de calendrier” permet de produire ce nectar aux vertus bienfaitrices, connu depuis l’Antiquité.

La création dans sa ferme des Combes d’un gîte orienté haut de gamme.

Mais le projet de l’entrepreneuse ne s’arrête pas là. Son activité d’apicultrice sera doublée dès l’année prochaine par la création dans sa ferme des Combes d’un gîte orienté haut de gamme destiné à recevoir les groupes ou les familles, pour lequel elle a obtenu le permis de construire au début de l’été. C’est un vrai projet d’agritourisme que je prépare. Avec les séjours, je ferai découvrir mon activité d’apicultrice. Cette double offre devrait me permettre d’équilibrer et de sécuriser mon activité tout au long de l’année” prédit la jeune femme qui ne met ainsi pas tous ses œufs dans le même panier.
L’ingénieure agronome s’est donc muée en exploitante agricole et en prestataire du tourisme. Un atout de plus à venir en matière d’hébergement dans le Pays Horloger. Ou comment développer l’activité économique tout en restant au pays. Un bel exemple d’intégration durable.*

La Miellerie des Combes est désormais ouverte au public.

Renseignements :
mielleriedescombes@yahoo.fr ou 06 89 33 49 54