L'exemple de la société Fraville à Pontarlier.

Avec une demande qui a décuplé sur le marché, les carnets de commandes des piscinistes sont complets. Le confinement lié à la Covid-19 a chamboulé l’agenda de ces professionnels. Rencontre avec Bertrand Fraville, artisan de père en fils.

Haut-Doubs. Les piscinistes débordent d’activité !
L’équipe de Fraville Piscines et Spas s’organise pour gérer au mieux les dysfonctionnements liés au confinement, tout en préservant la qualité de son travail et de ses produits. (photo : agence Séquane).

Dans cette entreprise familiale de 40 ans d’expérience, les répercussions du confinement se ressentent grandement. “Le confinement a empêché la remise en route des piscines. Nous devons aujourd’hui les assurer en même temps que les constructions de nouvelles piscines”, explique le gérant. S’il songeait à recruter déjà avant le confinement pour répondre aux demandes croissantes, ce dernier les a pris de court, d’autant plus que ce métier exige une qualification précise, que Bertrand Fraville tient à enseigner dans les règles de l’art.

“Nous sommes dans le quart de la France le plus porteur.”

Pour l’instant, l’équipe constituée de 4 personnes (Bertrand et sa femme Estelle, Manu et Colas) doit être sur tous les fronts : le magasin, les installations, le service après-vente, les conseils, les projets particuliers et hôteliers… Avec les beaux jours, tous les projets doivent être réalisés en même temps, constate l’artisan-pisciniste. Nous sommes dans le quart de la France le plus porteur, le climat évolue. Les gens veulent s’équiper, d’autant plus après le confinement, à la recherche de bien-être chez eux ! Je cerne le projet dans sa globalité et propose des produits en fonction. Je me concentre sur la qualité car on assiste à une guerre des prix à son détriment. Je veux des projets durables. J’aime mon rôle de conseil et je sensibilise à l’aspect éco-durable de nos produits. Une piscine va rester au moins 10 ans, apporter 15 % de plus-value au bien immobilier. Les nôtres sont faites pour les écarts de températures de notre région. C’est un projet de construction qui doit être mûri.”
La perte du chiffre d’affaires du magasin liée la fermeture obligatoire a été en partie compensée par la demande en spas. Les gens veulent rendre leur maison plus fonctionnelle, cocooning, remarque le gérant. “Face à la demande qui a explosé, pour les gens qui ne veulent pas attendre, il reste des solutions : les spas de nage ou bassins multi-activités. Beaucoup plus rapidement installables, ils offrent une lignée de piscine toute l’année.”
“À cause du Covid, nous sommes moins réactifs sur le SAV et nous en sommes les premiers malheureux”, s’excuse le gérant, qui dépend de ses partenaires de réapprovisionnement eux aussi impactés en Italie, aux États-Unis, en Allemagne. Il tient à assurer le SAV lui-même pour privilégier le contact humain très important à ses yeux, Mais actuellement, la charge de travail ne lui permet pas toujours d’honorer les appels téléphoniques et d’assurer sa réactivité habituelle. Nous offrons donc des remises à nos nouveaux clients qui devront patienter jusqu’à novembre ou décembre, conclut Bertrand Fraville, qui espère trouver le temps de repenser son entreprise et l’adapter. On en a pour un an à subir le retard !