A la différence des départements orientés dans le maraîchage ou l'arboriculture, le Doubs échappe à la pénurie de main-d'œuvre agricole évoquée dans le sud et dans l'ouest de la France. "C'est avant tout struturel. On a relativement peu d'exploitations maraîchères et elles sont généralement de taille modeste. La production dominante sur notre département est axée sur l'élevage laitier avec du recrutement très ponctuel ou à l'année", explique Florent Dornier, agriculteur responsable de la commission emploi à la FDSEA. Laquelle commission gère le groupement d'employeurs "Ressource emploi rural." Seul le mont d'or mobilise une main-d'œuvre saisonnière mais la saison de fabrication est désormais terminée et ne reprendra qu'en août.
Toutes les mesures ont été prises dans les fermes pour éviter les risques de contamination : plus de réception de représentant, ni de maquignon. Les instruments utilisés par les ramasseurs de lait sont désinfectés à chaque passage. "On peut faire appel au service de remplacement uniquement en cas de maladie ou d'accident", complète l'agriculteur en avouant qu'il se sent un peu seul sur son exploitation.

"Les salariés continuent à travailler dans les fermes en appliquant les mesures de protection", explique Florent Dornier, responsable de la commission emploi à la FDSEA du Doubs, ici en compagnie de Colette Jeannot, présidente du service de remplacement du Doubs.