Des ateliers de production sont fermés

Le fleuron de l'industrie frontalière ne fait pas exception à la règle. La plupart des ateliers de production sont fermés. Les exportations accusent le coup, déjà - 9% en février.

La Fédération Horlogère (son siège est à Bienne) annonce déjà un net recul des exportations.

Pas de confinement officiel en Suisse, mais de fortes incitations à rester chez soi et à respecter strictement les mêmes règles sanitaires que partout ailleurs. Au final, la situation du voisin helvétique est aujourd'hui comparable à celle de la plupart des pays d'Europe.

"Le gouvernement incite à travailler dans la mesure du possible, mais on conseille aux travailleurs de rester chez eux et de pratiquer le télétravail pour ceux qui le peuvent" résume Jean-Daniel Pasche, le président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse dont le siège est à Bienne. Une fédération qui regroupe la quasi-totalité des acteurs du secteur horloger, soit près de 470 entreprises.

La plupart des ateliers d'horlogerie sont désormais fermés, à l'exception toutefois de quelques unités de production d'un grand groupe du secteur. "Certaines entreprises restent toutefois partiellement ouvertes, selon leur département. Il peut se passer encore quelque chose du côté des services commerciaux ou S.A.V par exemple. Une entreprise confiait par ailleurs qu'elle prévoyait de reprendre la production le 6 avril, mais ça reste des exceptions" illustre M. Pasche. Une autre exception en Suisse : le canton du Tessin (le plus proche de l'Italie) qui, lui, a décrété un confinement total et la fermeture de toutes les entreprises non essentielles.
Côté chiffres, la crise sanitaire se ressent évidemment sur le volume des exportations. "Nous étions sur une troisième année de hausse consécutive des exportations depuis 2017 ajoute le président de la FH. En 2019, le volume était en baisse mais la valeur en hausse grâce aux montres haut de gamme. En janvier 2020, malgré le démarrage de la crise sanitaire, on était toujours orientés à la hausse, car les entreprises ont continué à exporter des commandes qui avaient été passées plus tôt. C'est en février que la baisse a commencé à se faire sentir." Une baisse brutale avec - 9% sur ce seul mois de février 2020. "Et mars sera forcément négatif, de manière encore plus marquée" prédit sans trop de risques M. Pasche.

La Chine et Hong Kong en tête de la baisse

Sans surprise, la Chine et Hong Kong sont en tête des pays concernés par la baisse des exportations suisses. "Cette baisse s'est rapidement répandue en Europe et les exportations vers les Etats-Unis sont désormais très touchées" ajoute le spécialiste.

Jean-Daniel Pasche : "Il y aura bien une horlogerie suisse à l'issue de la crise, mais avec combien de salariés ?"


Sur les deux mois de janvier et février 2020, l'horlogerie suisse a exporté pour 3,4 milliards de francs suisses de montres. Un chiffre stable par rapport à janvier et février 2019 grâce à un mois de janvier 2020 qui avait augmenté de 9%, annihilé par cette baisse de 9% enregistrée en février. Si les chiffres de mars ne seront connus que vers le 20 avril, la Fédération sait déjà qu'ils seront "très fortement en baisse."
Le monde de l'horlogerie retient son souffle jusqu'à la reprise. Cette année, il n'y aura pas de Baselworld, reporté en janvier 2021, et le salon "Watches and wonders" (ex-SIHH) à Genève a été annulé et repoussé à une date ultérieure pas encore communiquée.

"Il y aura bien une horlogerie suisse à l'issue de la crise, mais avec combien d'entreprises et combien de salariés, nul n'est capable de le dire aujourd'hui..." conclut Jean-Daniel Pasche.