Une pause artistique et numérique en plein confinement

Delphine Lonchampt qui a repris cette galerie il y a trois ans nous fait découvrir  les œuvres d'Élise Barat et Marion Émonin, deux jeunes artistes du Haut-Doubs.

Pontarlier. Exposition virtuelle à la galerie du Syndrome de Stendhal
Une autre façon de découvrir les œuvres d'Élise Barat et Marion Émonin.

Plus qu'une simple succession d'images à dérouler, cette présentation s'inscrit dans un environnement réaliste d'une belle salle d'exposition. "La démarche permet de visualiser la taille des œuvres", souligne la jeune galeriste qui s'est employée à tout créer par elle-même à partir d'une matrice existante très souvent utilisée pour ce type d'exercice. Choix des couleurs, des accrochages, le souci du détail pour un rendu agréable à l'œil.
Cette exposition était normalement programmée à partir du 23 mars dans la galerie située rue de la République à Pontarlier. Le confinement est passé par là au grand regret de Delphine Lonchampt. "J'ai déjà travaillé avec Élise Barat et c'était une première pour Marion Émonin. Ces deux jeunes artistes ont à peu près le même âge. L'une comme l'autre avait réalisé des toiles spécifiquement pour cet événement." Dommage donc de priver le public de cette parenthèse culturelle. D'où l'idée de passer en mode virtuel et de présenter donc une cinquantaine d'œuvres visibles à partir du site Internet de la galerie.
"C'est une forme d'invitation à venir découvrir l'exposition qui sera mise en place au début de l'été", poursuit Delphine Lonchampt sans pouvoir en dire davantage pour l'instant. Elle voit également dans cette mise en forme virtuelle, une belle complémentarité avec la galerie réelle et l'opportunité de toucher un plus large public.

Exposition virtuelle sur :
https://www.syndromedestendhal.com/exposition-elise-barat-/-amemo