Le Parti communiste en appelle à la raison

Barbara Romagnan est candidate aux sénatoriales, soutenue par Génération.s. Nicolas Bodin (PS) s'est lancé dans la bataille, soutenu par les Radicaux et le PCF. Ce dernier joue le rôle d'entremetteur à quelques jours du dépôt de candidature... Chaud.

Matthieu Guinebert et Christophe Lime pour le PCF.

Les sénatoriales ont lieu le 27 septembre. Le Département du Doubs sera représenté par 3 sénateurs élus par 1 649 grands électeurs (députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux et délégués des communes) au scrutin de liste à la représentation proportionnelle (à un seul tour).
Le Parti communiste du Doubs a décidé de ne présenter aucun candidat ! Une première. En coulisses, les tractations vont bon train car l'union n'est pas de mise à gauche avec Barbara Romagnan d'un côté (Génération.s), et Nicolas Bodin (PS) de l'autre. Les deux partent séparés alors qu'EELV ne soutiendra aucune des deux listes si elles se maintiennent. "Il y a un risque que 3 sénateurs de droite soient élus ! Il y a une nécessité de l'union de la gauche" réclame Matthieu Guinebert, secrétaire de la fédération du Doubs du PCF. Le Parti communiste soutient Nicolas Bodin "parce qu'il est le plus à même de nous représenter" poursuit Christophe Lime, ancien candidat aux sénatoriales pour son parti. Selon lui, il ne "faut pas mettre en route la machine à perdre" dit-il. Le PCF appelle à ce que Romagnan et Bodin discutent à nouveau. La place de suppléant pourrait être réservée à l'ancienne députée du Doubs. Acceptera-t-elle ? "C'est essentiel qu'ils se reparlent" conclut le secrétaire fédéral. Cette "désunion" peut-elle avoir des conséquences au niveau du conseil municipal à Besançon ? Pour le moment non, même si les communistes rappellent qu'ils ne se priveront pas de voter contre certaines décisions. La seule barrière à ne pas franchir étant de voter "contre" le budget.