Jacques Grosperrin candidat à sa succession présentait sa liste ce samedi matin.

La tête de liste LR aux sénatoriales du 27 septembre a présenté ses quatre co-listiers. La numéro 2 est la maire d'Hérimoncourt Marie-France Bottarlini. La droite peut-elle emporter les trois sièges dévolus au département du Doubs ?

C'est dans le cadre champêtre de Chalèze, village du Grand Besançon bordant le Doubs, que Jacques Grosperrin a présenté la liste qu'il mène aux élections sénatoriales du 27 septembre prochain. Cinq noms, avec le souci de représenter géographiquement les différents secteurs du Doubs. Le Bisontin candidat à sa réélection aura comme numéro 2 la maire d'Hérimoncourt et vice-présidente de Pays de Montbéliard Agglomération Marie-France Bottarlini, suivie de Denis Leroux, élu du Haut-Doubs horloger (maire de Grand'Combe-des-Bois et vice-président du Département du Doubs). Le Doubs central sera représenté par le maire de Sancey Frédéric Cartier et le Haut-Doubs forestier par Bénédicte Hérard, la nouvelle première adjointe du maire de Pontarlier et vice-présidente du Grand Pontarlier.

C'est la première liste complète à être officiellement présentée à trois semaines des sénatoriales. "Cette liste bouclée dès la fin juillet est baptisée "Le Doubs nous rassemble". C'est une liste unie, efficace, renouvelée, riche de compétences et qui rassemble tous les territoires de ce département" se félicite la tête de liste Jacques Grosperrin.

"Il faut donner aux maires plus de responsabilités et de libertés."

À travers cette nouvelle candidature, Jacques Grosperrin, sénateur depuis 2014, souhaite "avant tout donner plus de pouvoirs aux communes et aux communautés de communes. Il faut impérativement libérer les énergies locales en décentralisant encore mieux. Il faut également donner aux maires plus de responsabilités et de libertés. Enfin, il est indispensable de protéger les maires en donnant aux autorités de police locales les moyens de sanctionner toute agression contre un maire. La commune est la cellule de base de la démocratie, c'est une sorte de petite République dans la grande République qu'est la France" développe Jacques Grosperrin.


Les élections sénatoriales auront lieu le 27 septembre. C'est un scrutin de liste à un seul tour. Seuls les "grands électeurs" votent. Ils sont au nombre de 1 659 pour le département du Doubs (maires des communes rurales, conseillers départementaux et régionaux, élus des métropoles...). Le Sénat est l'assemblée parlementaire représentant les collectivité locales, "le défenseur des communes" résume Jacques Grosperrin.



Le Doubs compte trois sénateurs. Actuellement deux sont issus des rangs de la droite :  Jacques Grosperrin, élu en 2014, et Jean-François Longeot, également sénateur depuis 2014. Et une sénatrice de gauche : Marie-Noëlle Schoeller (socialiste) qui a récemment remplacé Martial Bourquin redevenu maire d'Audincourt.
Le challenge pour la droite est au minimum de conserver ses deux sièges, voire de conquérir à la gauche le troisième fauteuil au Palais du Luxembourg. Actuellement, la gauche est désunie avec deux candidats qui n'arrivent pas à s'accorder : les Bisontins Nicolas Bodin et Barbara Romagnan. Une discorde qui pourrait faire les affaires de la droite, d'autant que le Pays de Montbéliard n'a pas encore de représentant à cette élection, subtil mélange de considérations politiques et d'équilibre territorial au sein du département. "Certains maires plutôt à gauche du Pays de Montbéliard sont prêts à voter pour nous parce que Marie-France Bottarlini est la seule à représenter le secteur de Montbéliard" assure en coulisses un des cadres de la droite. Verdict le dimanche 27 septembre.