Morteau également fortement touché avec trois fois plus de décès

L'INSEE a publié une enquête inédite non pas basée sur les décès à l'hôpital mais ceux de la commune de résidence du défunt. On y apprend qu'au cours de la crise sanitaire, le nombre de décès a fortement augmenté dans la région et a dépassé les niveaux moyens constatés ces cinq dernières années. C’est entre le 11 mars et le 26 avril que l’excédent est le plus marqué. Morteau et Pontarlier sont parmi les secteurs les plus touchés de la région.

Evolution des décès par rapport à la moyenne 2015-2019 sur la période du 11 mars au 26 avril.

Tous les territoires de la région n’ont pas été affectés de la même façon par la pandémie de Covid-19 et donc par la surmortalité qui l’a accompagnée.
L’épidémie s’est en effet propagée à partir de foyers locaux indique l'INSEE dans son enquête intitulée "Décès au cours de la crise sanitaire". "Le foyer de Mulhouse dans le département du Haut-Rhin a ainsi essaimé dans les départements proches comme ceux du Territoire de Belfort, du Doubs ou de la Haute-Saône. Outre les flux de personnes, la propagation du virus en Côte-d'Or est également liée à l'arrivée de personnes en provenance de l'Oise parmi les premiers cas d'infection" indique l'institut.
Au total, entre le 11 mars et le 26 avril, le nombre de décès dépasse nettement le niveau moyen de ces dernières années. Le Territoire de Belfort enregistre alors un surcroît de mortalité de 85 %. Cet excédent est de 67 % dans le Doubs et dépasse 45 % en Côte-d’Or et en Haute-Saône.

Un excédent de décès de 80% dans le Grand Pontarlier.

Comment expliquer que quelques intercommunalités se distinguent par des pourcentages encore plus élevés comme c'est le cas pour le Grand Pontarlier qui affiche + 80% de décès ou le Pays Horloger, plus localement le Val de Morteau ! "La densité de population intervient aussi dans la propagation du virus, le risque de contact étant plus grand dans les zones les plus peuplées" émet l'INSEE. Trois fois plus de personnes décèdent dans le Val de Morteau qu’en moyenne sur cette période, et le Grand Pontarlier affiche un excédent de décès de près de 80 %. Est-ce dû à la proximité avec Mulhouse comme le laisse entendre l'INSEE ou parce que les échanges avec la Suisse, et notamment le travail frontalier, n'ont quasiment jamais cessé ? Impossible de le savoir. Toujours est-il que le Haut-Doubs a payé un très lourd tribut.